31 décembre 2010

mille

Régulièrement je t'écrispour te dire que je n'existe pasque je vis dans le sillagedes poussières d'astres,que je suis rayé des listes,que je vis en lisière, que mes musiques sont souterraines,et vertes  et verticilléeset pleines d'étranges sons,je t'écris aussi pour te direque tu n'as pas besoin de me répondrecar je n'ai pas d'adresse. Julos Beaucarne (Julos écrit pour vous)album Mon Terroir C'est Les Galaxies Et ceci est le l'ultime billet de ce blog.Rendez-vous ici.
Posté par Number K à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 décembre 2010

québec

Magnifique poète québécois. Gaston Miron. Exemples. PARIS   Dans les lointains de ma rencontre des hommes le cœur serré comme les maisons d’Europe avec les maigres mots frileux de mes héritages avec la pauvreté natale de ma pensée rocheuse j’avance en poésie comme un cheval de trait tel celui-là de jadis dans les labours de fond qui avait l’oreille dressée à se saisir réel les frais matins d’été dans les mondes brumeux (Gaston Miron, « J’avance en poésie », in L'homme rapaillé) * * * AU SORTIR DU... [Lire la suite]
Posté par Number K à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2010

beauté limpide

La goutte de pluie Je cherche une goutte de pluie Qui vient de tomber dans la mer. Dans sa rapide verticale Elle luisait plus que les autres Car seule entre les autres gouttes Elle eut la force de comprendre Que, très douce dans l’eau salée, Elle allait se perdre à jamais. Alors je cherche dans la mer Et sur les vagues, alertées, Je cherche pour faire plaisir À ce fragile souvenir Dont je suis seul dépositaire. Mais j’ai beau faire, il est des choses Où Dieu même ne peut plus rien Malgré sa bonne volonté Et... [Lire la suite]
Posté par Number K à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2010

superbe

Ici le chemin commence à descendre le petit jour une fois encorele grès frôleur le grain frileux le gris comme les coursives assourdissantes d'un bateau videl'insomnie traversée quels coteaux renaissent d'une épaule si blonde est-ce la cendre ou la brumedans quels jardins ou quels maraisplus bas qui m'attend chargée de mémoirej'aimedans la lenteurque la maison ce matin vienne au monde mal dessillée mal ressuyée des songes (extrait de La Saint-Jean d'été) -Jean Lescure / DRAILLES 1968
Posté par Number K à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 avril 2009

Dites-le avec des fleurs

Quelques fragments me trottaient dans la tête, allez savoir pourquoi, du coup je suis allé repêcher le texte exact et complet. Je me souviens l'avoir étudié en Seconde. Et j'ai eu un Baudelaire à l'oral du bac de Français... Superbe quand même, et quelle écriture... Appréciez donc ! AU LECTEUR La sottise, l'erreur, le péche, la lésine, Occupent nos esprits et travaillent nos corps, Et nous alimentons nos aimables remords, Comme les mendiants nourrissent leur vermine. Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches; ... [Lire la suite]
Posté par Number K à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2008

Comment jubiler à peu de frais

Ma logique de gouvernement cette année fait qu'au niveau affaires courantes, je passe pas mal de temps dans le train, en moyenne deux heures par jour sur l'aller-retour. Cela me conduit sur mon lieu de travail ou chez moi mais c'est pas ça que je voulais dire certaines fois où je suis "à jour" question boulot en terme de rédaction de notes et autres comptes rendus, de traitement de dossiers etc.. à prendre le plaisir de la lecture, sans sombrer dans le magazine, exception faite de J*zzman ou J*azzmagazine... C'est... [Lire la suite]
Posté par Number K à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2008

En partage

Au hasard de mes pérégrinations webesques, j'ai trouvé un fort bel article sur Borges,  écrit par Alberto Manguel, dont j'ai apprécié déjà il y a un an ou deux le "Journal d'un lecteur". J'y trouve tellement de belles choses, fort bien dites et qui me parlent (je les ai d'ailleurs mises en gras) , que je vous en propose quelques extraits. Puissent-elles vous donner l'envie d'aller vers cet auteur considéré à tort parfois comme complexe, hyper-intellectuel alors qu'il ne vise que la simplicité, le plaisir en nous rendant... [Lire la suite]
Posté par Number K à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2008

Fraternité

Fraternité Je suis homme : je dure peu et la nuit est énorme. Mais je regarde vers le haut : les étoiles écrivent. Sans comprendre je comprends : je suis aussi écriture et en ce même instant quelqu'un m'épelle. Octavio Paz, tiré de Collected Poems 1957-1987  
Posté par Number K à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2008

Commencements...

L'ambiance est au partage en ce début d'année, avant que "les affaires" reprennent... Alors voici : A l'aube ce qui naît cherche son nomla lumière scintille sur les arbres somnolentsLes montagnes galopent au bord de la merLe soleil entre dans l'eau avec ses éperonsLa pierre attaque et disperse des clartésLa mer s'obstine et monte au pied de l'horizonTerre confuse imminente de sculptureLe monde lève son front encore nuPierre polie et lisse où graver un chantLa lumière ouvre son éventail de nomsDébut d'hymne comme un... [Lire la suite]
Posté par Number K à 07:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 décembre 2007

Un peu de... dans un monde de...

L'allée   - Ne touchez pas l'épaule Du cavalier qui passe, Il se retournerait Et ce serait la nuit, Une nuit sans étoiles, Sans courbe ni nuages. - Alors que deviendrait Tout ce qui fait le ciel, La lune et son passage, Et le bruit du soleil? - Il vous faudrait attendre Qu'un second cavalier Aussi puissant que l'autre Consentît à passer. Jules Supervielle  
Posté par Number K à 07:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]